• Panama: le sommet ibéro-américain ne fait plus recette

    Panama: le sommet ibéro-américain ne fait plus recette

    Par RFI

    Au Panama se tient ce week-end le 23ème sommet ibéro-américain. Jadis réunion annuelle prisée entre les pays latino-américains et les trois nations de la péninsule ibérique, à savoir l'Espagne, le Portugal et l'Andorre, le sommet semble aujourd'hui avoir perdu de sa superbe. Le contexte mondial a changé depuis les débuts dans les années 1990. Cette année, de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement n'ont même pas fait le déplacement.

    Par le passé, les sommets ibéro-américains servaient avant tout de tribune internationale aux dirigeants latino-américains. Le cubain Fidel Castro en sait quelque chose, lui qui a pu y déployer ses visions politiques à l'attention du plus grand nombre. Rien ni personne n'a non plus freiné les envolées rhétoriques de l'ancien président vénézuélien Hugo Chavez à qui le roi d'Espagne Juan Carlos avait fini par lancer excédé «mais pourquoi tu ne te tais pas ?».

    Le vent a désormais tourné. C'est maintenant l'Espagne qui espère tirer un maximum de profits de ces sommets ibéro-américains. Des profits notamment d'ordre économique, car avec la crise en Europe Madrid est à la recherche de nouveaux marchés. Mais face à la vieille puissance coloniale les nations latino-américaines ont pris de l'assurance, comme le relevait ce samedi le ministre des Affaires étrangères du Panama.

    «La croissance économique et les opportunités d'investissements se trouvent chez nous et non plus en Europe» déclarait Fernando Núñez Fábrega. Propos confirmés par le président du Mexique, Enrique Peña Nieto selon lequel «l’une des régions avec le plus fort potentiel de croissance est justement l’Amérique latine». Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a certes reconnu que les participants doivent «s'adapter aux changements intervenus sur la scène internationale», mais il l'a dit devant seulement 9 des 22 chefs d'Etat et de gouvernement censés participer à ce sommet. Parmi les absents, les présidentes du Brésil et de l'Argentine, ceux du Chili, du Pérou ou encore de l'Uruguay et du Venezuela, Nicolas Maduro.

    Source: http://www.rfi.fr/ameriques/20131020-panama-sommet-ibero-americain-rajoy-absents-nombreux-crise-espagne

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :