• LES AMBASSADEURS DE L'ALBA A Paris CONDAMNENT L'AGRESSION CONTRE Evo Morales

     

    LES AMBASSADEURS DE L'ALBA A Paris CONDAMNENT L'AGRESSION CONTRE Evo Morales

    Paris, 3 juillet 2013 – Organisée par l'Ambassade de Bolivie avec le soutien des Ambassadeurs de l'ALBA, une conférence de presse a eu lieu à midi, mercredi 3 juillet, conférence de presse au cours de laquelle les représentants diplomatiques de la Bolivie, de Cuba, de l'Equateur, du Nicaragua et du Venezuela ont condamné fermement la décision arbitraire de la France, du Portugal, de l'Espagne et de l'Italie d'interdire le survol de leur territoire à l'avion dans lequel voyageait le président Evo Morales.

    Au siège de l'Ambassade de Bolivie à Paris, l'Ambassadeur de l'Etat Plurinational, Jean-Paul Guevara, a montré à la presse nationale et étrangère présente l'autorisation de survol donnée par les autorités de l'aéronautique française le 27 juin, qui fut annulée en plein vol, la nuit précédente, quelques minutes avant que l'avion n'atteigne l'espace aérien français, provoquant un atterrissage forcé en Autriche.

    L'Ambassadeur de Cuba en France, Orlando Requeijo Gual, a transmis aux assistants la solidarité avec le président Morales face à cet acte totalement inacceptable et digne de rejet qui viole les normes du droit international. L'ALBA exige une explication de la part des autorités de ces nations européennes sur la décision arbitraire de retirer les autorisations de survol ou d'atterrissage à l'avion présidentiel, demandées et délivrées depuis plusieurs jours.

    Au cours de la conférence de presse, furent lus le Communiqué de l'ALBA, dans lequel ses pays membres rejettent la discrimination flagrante et une menace contre l'immunité diplomatique d'un Chef d'Etat commises par les quatre pays européens, ainsi que la Déclaration du Ministère des Relations Extérieures de Cuba, dans laquelle la nation caribéenne appelle la communauté internationale à se mobiliser contre ces violations du Droit International et des droits de l'homme.

    L'Ambassadrice du Nicaragua, Ruth Tapia, a condamné cet acte d'arrogance et de suffisance impériale qu'elle a qualifié d'inadmissible et qui a mis en danger la vie du président bolivien.

    Pour sa part, l'Ambassadeur de l'Equateur a exprimé le soutien et la solidarité de son gouvernement au président Evo Morales, qui a convoqué une réunion extraordinaire de l'Union des Nations Sud-américaines pour traiter de ce fait grave.

    Le président Evo Morales rentrait dans son pays après avoir participé en Russie au Forum des Pays Exportateurs de Gaz quand l'autorisation de survol des quatre pays européens lui fut refusée.

    ( source Embacuba Francia - traduction Françoise Lopez)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :