• Cuba: les 5: conclusions préliminaires de la commission internationale, Londres 7 et 8 mars 2014

    Il est opportun que soient portées à la connaissance du public les considérations préliminaires de cette audience, une audience qui pourrait contribuer au respect des droits de l'homme en général et aux droits à un procès équitable, en particulier, pour cinq cubains. Ces personnes sont des citoyens cubains: M. Gerardo Hernandez: M. Ramon Labañino Salazar, M. Antonio Guerrero Rodriguez, M. Fernando Gonzalez Llort et M. René González, tous condamnés aux Etats-Unis d’Amérique en 2001 pour certains délits liés à la sécurité de l'Etat. M. Hernandez a également été condamné pour un complot en vue de commettre des assassinats.

    Nous plaidons avec ferveur pour que le cours de l'action que nous proposons plus bas, soit adopté en concordance avec les raisons développées ci-dessous, des raisons qui seront expliquées en détail dans le rapport qui doit en résulter :

    1. Il existe de sérieuses préoccupations concernant la possibilité ou non de l'une de ces personnes au plein accès au droit humain fondamental à un procès équitable et rapide devant un tribunal ou une cour indépendante et impartiale, droit universellement reconnu dans la Convention Internationale sur les Droits Civils et Politiques, qui a été ratifiée par les États-Unis d'Amérique.

    Ces préoccupations matérielles apparaissent à la lumière des faits suivants:

    a. les cinq citoyens cubains ont été maintenus à l'isolement pendant environ dix-sept mois avant le début du procès;

    b. aucun d’entre eux n'a eu un accès suffisant aux documents relatifs au jugement et nécessaires à une préparation adéquate de la défense;

    c. les possibilités de consulter leurs représentants légaux ont été insuffisantes, dans toutes les circonstances relatives à cette affaire;

    d. le procès s'est déroulé dans un lieu de Miami, en Floride, où, selon trois juges respectés du Onzième Circuit d'Appel de la Cour des Etats-Unis, un procès équitable ne pouvait pas être garanti ;

    e. de graves accusations ont été portées comme quoi le gouvernement américain aurait versé de l'argent aux médias pour générer une publicité préjudiciable à ces personnes, aussi bien avant que pendant le procès;

    f. ces cinq hommes n’ont connu avec certitude leur destination que huit ans après que la Cour de district ait clos le procès.

    2. Selon toutes les opinions, aucune de ces personnes n'a commis ou tenté de commettre un acte de violence.

    3. Aucune de ces personnes n’a eu un comportement pouvant nuire aux États-Unis d’Amérique ou à son gouvernement. Les Cinq Cubains ont recueilli des informations destinées à prévenir la violence privée et d'autres actions anti-cubaines émanant du territoire des États-Unis.

    4. Le sentiment des Cinq Cubains, de fait leur ferme conviction, était que le gouvernement américain ne faisait pas assez pour arrêter les actions violentes anti-cubaines à partir du territoire des États-Unis.

    5. Il ne fait aucun doute que des centaines de compatriotes qui étaient des citoyens ordinaires à Cuba ont trouvé la mort dans des circonstances inacceptables et affreuses, suite à des actions de Cubains qui, depuis le territoire des États-Unis, s’opposent au gouvernement de Castro à Cuba. La souffrance des familles des défunts a été incommensurable.

    6. Deux des membres de ce groupe de personnes ont déjà purgé leur peine complète, et il ne peut y avoir aucun problème à leur octroyer une grâce maintenant.

    7. Les trois autres personnes ont, de toute façon, déjà purgé des peines de prison d'une longueur disproportionnée, comme le montrent toutes les circonstances significatives qui sont résumées dans cette déclaration.

    8. Les familles de ces gens ont connu d'énormes souffrances et des difficultés à la suite de l'emprisonnement de leurs proches, et on peut dire sans crainte de nous contredire que cela suffit maintenant.

    9. Aucune de ces personnes n’a agi par malice ou mauvaise volonté contre les Etats-Unis, son gouvernement, ses citoyens, ou ses politiques : chacun d’eux agissait selon les instructions de son gouvernement.

    10. Il est absolument impossible de justifier, de n’importe quel point de vue, les attaques privés anti- cubaines réalisées à partir du territoire des États-Unis .

    11- Nous insistons sur le fait que la normalisation des relations entre Cuba et les Etats-Unis est un objectif louable et réalisable; qui concerne aussi bien les États-Unis que la République de Cuba, et qu’une grâce généreusement accordée par le Président des États- Unis à ces personnes présentées comme les Cinq Cubains contribuera énormément à atteindre cet objectif d'une importance vitale.

    12. De plus, nous informons respectueusement le président des Etats-Unis que l’avis raisonnable qui prévaut est qu’il est important de signaler que l’obtention de l’équité et de la justice ne relève pas du domaine exclusif du pouvoir judiciaire indépendant d'un pays quel qu’il soit, mais que, en dernière instance, il s’agit d’une responsabilité politique importante qui doit être assumée le moment venu.

    13. Nous suggérons, avec le plus grand respect, que l'octroi de ces grâces aura un impact significatif sur la justice et la paix mondiale.

    En résumé, l'octroi inconditionnel d’une grâce présidentielle aux membres du groupe des Cinq Cubains a le potentiel réel pour obtenir une justice effective pour ces cinq êtres humains qui ont été au centre des préoccupations de cette enquête, en démontrant ainsi l'adhésion aujourd'hui du président des Etats-Unis d'Amérique et de son gouvernement à des normes universellement admises de morale, d'équité et de justice, ce qui contribuera substantiellement à la normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba, représentant un pas significatif vers la justice et la paix mondiale.

    Après avoir examiné pendant deux jours des preuves convaincantes, nous souhaiterions exhorter le président des États-Unis d'Amérique, le président Barack Obama, à accorder une grâce complète à l’ensemble de ces cinq personnes, et à libérer immédiatement et sans condition les trois personnes qui continuent de croupir dans des prisons aux États-Unis.

    Signé,

    Zakeria Mohammed Yacoob, Afrique du Sud, ex juge à la Cour Constitutionnelle d’Afrique du Sud

    Philippe Texier, France, ex juge de la Cour de Cassation Française

    Yogesh Kumar Sabharwal, Inde, ex titulaire de Justice en Inde

    http://www.voicesforthefive.com/

    trad. Zoe et Annie


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :