• Coopération Sud-Sud pour un nouveau modèle de développement

    Source: Forum des Alternatives (via Le Grand Soir)

    François HOUTART

    Ce texte offre une explication convaincante de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde avec, d’un côté, l’émergence des BRICS avec la création de leur banque de développement, et de l’autre côté, un empire capitaliste en crise et sur le déclin qui ne sait que multiplier les guerres de destruction, qui ne cesse de hausser le ton avec la Russie, et qui n’ose pas faire de même avec la Chine.

    Dans son document de conclusion, le séminaire du Forum Mondial des Alternatives (FMA) préparatoire au colloque d’Alger (septembre 2013) et qui eut lieu à Quito en mars 2012, partit de la constatation qu’après la conférence de Bandoung, qui avait réuni les peuples récemment décolonisés d’Asie et d’Afrique, l’hégémonie du Nord, centre de l’accumulation capitaliste, s’était accentuée. Il notait aussi que le système économique dominant était entré dans une crise structurelle profonde, mais que le modèle de développement du Sud était resté semblable à celui du Nord, même si certains discours revêtaient des accents différents. D’où une interrogation fondamentale : comment orienter une collaboration Sud-Sud qui permette une réelle rupture avec un Nord guidé principalement par la logique du marché et faisant de la valeur d’échange l’unique fondement des rapports Nord-Sud.

    Pour répondre à cette question, nous parcourrons d’abord l’évolution récente des pays émergents (les BRICS) et leur manière de réaliser leur développement, épinglant aussi quelques exemples d’autres pays du Sud. Ensuite viendra la partie consacrée aux alternatives au capitalisme et à leur incidence sur la collaboration Sud/Sud.

    1. Les BRICS et les pays du Sud : efforts de déconnexion, mais reproduction du modèle dominant

    1. Dimension des BRICS et leur intégration dans le « système-monde »

    Les cinq pays composant les pays dits « émergents », c’est-à-dire, la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud, forment un bloc important à l’échelle mondiale. Leur poids démographique atteint 3 milliards de personnes, soit 42 % de la population mondiale et leur PIB représentait en 2010, quelques 14 milles milliards d’USD, ou 18,5 % du PIB mondial. Leur réserve de devises est estimée à 5 milles milliards d’USD, dont 3.200 milliards pour la seule Chine[1]. Cette catégorie d’émergents est cependant très arbitraire, même si elle se traduit par des contacts officiels entre les dirigeants des pays cités afin de déterminer certaines politiques communes. Pourquoi ne pas y inclure le Mexique, l’Argentine, le Nigéria, l’Indonésie, la Corée du Sud. On obtiendrait des chiffres encore plus impressionnants sur le poids de ces nations à l’échelle mondiale. Et, véritablement, on peut parler d’un nouveau moteur potentiel de l’économie, au départ du Sud.

     

    La suite de l'article: http://www.legrandsoir.info/cooperation-sud-sud-pour-un-nouveau-modele-de-developpement.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :