• Coopération renforcée entre l’Equateur et la France

     

    Coopération renforcée entre l’Equateur et la France

     

    Rafael Correa, achève ce samedi sa visite officielle en France, la première d’un président équatorien depuis 22 ans. Après avoir rencontré ministres, sénateurs et parlementaires, il a été reçu jeudi à l'Elysée par François Hollande.

     

    Les deux chefs d'Etat ont signé un « pacte stratégique » entre les deux pays et des accords de coopération sur la recherche, le transfert de technologies, et le domaine universitaire. Face à la presse, vendredi, Rafael Correa n’a pas dissimulé sa satisfaction de voir les échanges franco-équatoriens se renforcer, et il a tenu à remercier « le président  et le peuple français » d’ouvrir les portes à son pays.

     

    Il s’est aussi réjoui qu’un accord commercial, non de libre-échange a-t-il insisté, soit sur le point de voir le jour entre l’Equateur et l’Union européenne. Cet accord de coopération qui se baserait sur un échange d’offre entre les deux parties est entrain d’être finalisé et devrait être signé au premier trimestre 2014. Le président équatorien a mis en exergue les « immenses talents humains » dont  regorge la France, « grande puissance en matière de technologie.  Nous y avons trouvé toutes les dispositions pour nous aider.» Evoquant par la suite l’intégration régionale en Amérique latine, il a estimé qu’ « un coup de frein » avait été donné, la  nouvelle puissance régionale (CELAC) ayant notamment pâti des décès de Nestor Kirchner (Argentine) et Hugo Chavez (Venezuela) deux acteurs clés de la construction de la « nation des nations ».

     

    Mais le principe de cette intégration reste selon lui intangible. Il  s’agit de coopération dans la mise en œuvre des politiques économique, énergétique, sociale et environnementale et non d’une « intégration conservatrice », de type européen…D’où cet appel réitéré à l’Europe pour qu’elle ne répète pas les mêmes erreurs que ceux commis par l’Amérique latine en se soumettant au capital financier : « L’Europe devrait se pencher sur la dérégulation, car les gens ne sont pas des consommateurs mais des citoyens. » Au nom de l’intégration « intégrale » qu’il appelle de ses vœux, le président Correa a qualifié de « grand attentat » le blocus exercé unilatéralement par Washington contre Cuba, condamné 22 fois par les Nations Unies, mais « rien ne change »...

     

    Bernard Duraud

    SOURCE: L'Humanité

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :