• Conseil de Sécurité du 6 août 2013: Déclaration du Ministre des Relations Extérieures de la République de Cuba au nom de la Présidence Pro Tempore de la CELAC.

    Conseil de Sécurité du 6 août 2013: Déclaration du Ministre des Relations Extérieures de la République de Cuba au nom de la Présidence Pro Tempore de la CELAC.

     

    Déclaration de M. Bruno Rodríguez Parrilla, Ministre des Relations Extérieures de la République de Cuba, au nom de la Présidence Pro Tempore de la Communauté des États Latino-Américains et Caribéens (CELAC), à la session du Conseil de Sécurité du 6 août 2

     

    Madame la Présidente

    Permettez-moi tout d’abord de vous remercier, vous-même et le gouvernement de la République argentine, d’avoir invité la Communauté des Etats latino-américains et caribéens (CELAC), que Cuba s’honore de présider, à participer pour la première fois aux débats du Conseil de sécurité.

    L’histoire de l’Amérique latine et des Caraïbes a changé. À deux cents ans de notre indépendance, l’idéal de Bolívar : « La Nation de républiques » et de Martí : « Notre Amérique », se consolide.

    Aussi nos chefs d’Etat et de gouvernement ont-ils décidé « que, conformément au mandat originaire de nos libérateurs, la CELAC facilite l’intégration politique, économique, sociale et culturelle par un sage équilibre entre l’unité et la diversité de nos peuples, afin que ce mécanisme d’intégration régional soit l’espace idéal où s’exprime notre riche diversité culturelle et où se réaffirment par ailleurs l’identité de l’Amérique latine et des Caraïbes, leur histoire commune et leurs luttes incessantes pour la justice et la liberté » (Déclaration de Caracas, § 21).

    Ils ont aussi décidé ce qui suit: « Tout en reconnaissant le droit de chaque nation de construire en paix et librement son propre système politique et économique, dans le cadre des institutions correspondant au mandat souverain de son peuple, le dialogue, les échanges et les négociations politiques qui seront lancés au sein de la CELAC devront se fonder sur les valeurs et principes communs suivants : le respect du droit international, le règlement pacifique des différends, la prohibition du recours ou de la menace de recours à la force, le respect de l’autodétermination, le respect de la souveraineté, le respect de l’intégrité territoriale, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, la protection et la promotion de tous les droits de l’homme et de la démocratie » (Déclaration de Caracas, § 23).

    L’Amérique latine et caribéenne s’est proposée « d’avancer en carré serré, tel l’argent aux racines des Andes ».

    Nous nous sommes dotés d’institutions qui nous permettent de promouvoir l’unité dans la diversité ; de nous intégrer et de coopérer ; de discuter nous-mêmes des questions qui sont nôtres ; et de nous solidariser les uns avec les autres pour régler les graves problèmes qui pèsent encore sur l’Amérique latine et les Caraïbes. Nous nous proposons de nous développer, de vivre en paix, de protéger la dignité humaine, de préserver et d’enrichir notre culture.

    Nous nous félicitons que la CELAC se dote graduellement de visions communes en matière de développement social, d’éducation, de santé, d’environnement, d’énergie et de finances, entre autres secteurs, et qu’elle s’apprête maintenant à travailler collectivement dans les domaines de la coopération, du désarmement nucléaire, du combat contre la corruption, de l’agriculture, de la science et de la technologie.

    Je rends hommage au président Hugo Chávez Frías, l’un des fondateurs et des principales chevilles ouvrières de la CELAC, dont je sens la présence parmi nous.

    Madame la Présidente

    En fondant la CELAC, nos chefs d’Etat et de gouvernement ont réitéré « leur attachement à la construction d’un ordre international plus juste, équitable et harmonieux, fondé sur le respect du droit international et des principes de la Charte des Nations Unies, dont l’égalité souveraine des Etats, le règlement pacifique des différends, le respect de l’intégrité territoriale et la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats » (Déclaration du Sommet de l’unité, § liminaire).

    Ils ont réaffirmé « leur attachement à la défense de la souveraineté et du droit de chaque Etat à construire son propre système politique, sans menaces, agressions ni menaces de coercition unilatérales, dans un climat de paix, de stabilité, de justice, de démocratie et de respect des droits de l’homme » (Déclaration du Sommet de l’unité, § liminaire).

    Ils ont exprimé leur conviction que « l’unité et l’intégration politiques, économiques, sociales et culturelles de l’Amérique latine et des Caraïbes constituent… une nécessité pour relever avec succès les défis qui nous sont lancés comme région » (Déclaration de Caracas, § 7). Et ils ont décidé « de promouvoir et de faire entendre la voix concertée de l’Amérique latine et des Caraïbes lors de la discussion des grands thèmes et dans le positionnement de la région devant des événements importants à des réunions et conférences internationales de portée mondiale, ainsi que dans le dialogue avec d’autres régions et pays » (Déclaration de Caracas, § 9).

    Ils ont de même réitéré que « la CELAC est un mécanisme important pour promouvoir les intérêts des pays en développement dans les organismes multilatéraux, pour raffermir notre capacité de réagir d’une manière coordonnée aux défis de notre monde en proie à une profonde transformation économique et politique », et ils ont renouvelé « leur engagement de consolider la CELAC pour promouvoir et projeter les intérêts et les préoccupations de l’Amérique latine et des Caraïbes relativement aux principaux points de l’ordre du jour international », ainsi que « de concerter et de coordonner leurs positions, chaque fois que possible, à des réunions et conférences internationales de portée mondiale ». A cet égard, « ils ont mis l’accent sur le travail qu’ont réalisé les représentants permanents des Etats membres de la CELAC devant l’Organisation des Nations unies, lesquels ont concerté un mécanisme interne de participation conjointe aux débats des différentes commissions où la CELAC a présenté sa position consensuelle. Ils se sont donc engagés à raffermir ce travail de concertation aux différents sièges des Nations Unies, y compris en lançant des initiatives conjointes sur des questions intéressant la région » (Déclaration de Santiago-du-Chili, § 41).

    La CELAC a présenté à plusieurs reprises aux Nations Unies sa vision commune sur certains des principaux problèmes auxquels se heurtent le maintien de la paix et de la sécurité internationale, ainsi que la protection des conflits.

    En ce qui concerne les efforts de maintien de la paix consentis actuellement par les Nations Unies, la CELAC estime que, pour installer la stabilité à long terme et prévenir l’éclatement de conflits, il faut raffermir dans une perspective stratégique, intégrale et coordonnée, la présence des Nations Unies sur le terrain, non seulement en matière de maintien de la paix – ce qui est essentiel – mais encore en renforçant les institutions nationales, en lançant des actions de relèvement et en promouvant le développement économique et social dans les zones de conflit. A cet égard, la CELAC prône davantage d’interaction et de coordination entre les Etats membres et tous les organes pertinents des Nations Unies. Les organisations régionales et sous-régionales ont un rôle clef à jouer conformément au chapitre VIII de la Charte des Nations Unies. En ce sens, la CELAC reconnaît en  particulier la contribution de l’Union africaine qui s’est avérée très utile dans certaines opérations de maintien de la paix, sa coopération venant compléter les efforts consentis par les Nations Unies.

    La CELAC estime qu’aucune paix durable ne peut s’instaurer en marge du développement et sans combat contre la pauvreté, la faim et l’inégalité. C’est sur ce principe que se fondent la solidarité et la coopération des membres de la CELAC envers notre nation sœur d’Haïti, dont le rôle héroïque qu’elle a joué dans l’indépendance des pays de la région continue d’inspirer nos efforts d’intégration. Tout en reconnaissant le rôle fondamental que jouent les Nations Unies en Haïti à travers leur Mission de stabilisation (MINUSTAH) et les efforts que consent la communauté internationale pour appuyer ce pays, la CELAC réaffirme que ces efforts ne seront efficaces que dans le cadre d’un projet durable à long terme sous la direction et le leadership du gouvernement haïtien et dans le plein respect de sa souveraineté.

    L’heure est venue que notre région contribue à l’« équilibre du monde » en faisant sentir le poids de ses presque six cent millions d’habitants qui aspirent à des chances égales, de ses énormes richesses naturelles sur lesquelles nous exercerons notre souveraineté permanente, de ses potentialités économiques, même en pleine crise économique mondiale, de sa culture ancestrale extraordinaire et de la volonté irréductible de nos peuples d’instaurer la paix, le développement, la justice et le progrès.

    Nous nous félicitons que de nombreux pays et de nombreuses organisations aient trouvé dans la CELAC un interlocuteur valable avec l’Amérique latine et les Caraïbes.

    Nous nous réjouissons que la Communauté des Etats latino-américains et caribéens puisse participer à ce débat du Conseil de sécurité. La CELAC a commencé à intervenir à l’ONU ¬¬comme une force unie. Nos positions communes sur de nombreux thèmes intéressant la communauté mondiale sont une annonce de nos possibilités.

    La CELAC a affirmé à son Premier Sommet : « …nous renouvelons l’attachement de nos pays au multilatéralisme et à une réforme intégrale du système des Nations Unies, et à la démocratisation des instances de décision internationales, en particulier le Conseil de sécurité » (Déclaration de Santiago-du-Chili, § 42.)

    L’Amérique latine et les Caraïbes sont une zone de paix exempte d’armes nucléaires. La CELAC possède une position unanime sur des thèmes importants de l’ordre du jour international, comme, par exemple, la réclamation légitime de l’Argentine quant à la dispute de souveraineté sur les îles Malvinas et l’appel au désarmement nucléaire. Intervenant au nom de la CELAC, je ne dois rien dire de Cuba qui lutte.

    Nous devons maintenant aller de l’avant. Qu’aucune différence ne nous arrête. Restons unis. Que rien ne nous empêche d’honorer le legs des Libertadores de Notre Amérique.

    Je vous remercie.

     

    Source: http://www.cubaminrex.cu/es/declaration-de-m-bruno-rodriguez-parrilla-ministre-des-relations-exterieures-de-la-republique-de-0


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :